PENICHE DE lamour (LA): Amazon.fr: Jean  GABIN, Jean  GABIN: DVD Blu-ray

PENICHE DE lamour (LA): Amazon.fr: Jean  GABIN, Jean  GABIN: DVD Blu-ray❰PDF / Epub❯ ☉ PENICHE DE lamour (LA): Amazon.fr: Jean  GABIN, Jean  GABIN: DVD Blu-ray Author Jean GABIN – Jobs-in-kingston.co.uk Location de pniches en France Croisires sans permisuiconue a dj pass ses vacances sur une pniche de location en France sait ue cette exprience est synonyme de bien tre sur l eau Sur une pniche au mili Location de pniches en France Croisires sans permisuiconue a dj pass ses vacances sur une pniche de location en France sait ue cette exprience est synonyme de bien tre sur l eau Sur une pniche au milieu des rivires et des fleuves de France un sentiment de libert vous envahit Laissez vous emerveiller PENICHE DE PDF/EPUB ² par la richesse des paysages franais Dcouvrez une navigation plus calme et romantiue sans pour autant sacrifier lesPniche WikipdiaMy Pniche Courtage en immobilier fluvial Nous habitons sur une pniche en bord de Seine depuis maintenantans Cette exprience de vie nous a amen nous spcialiser dans la transaction d habitation fluviale en crant mypniche une socit ui promeut la vie sur l eau et vous accompagne tout au long de votre projet d achat ou de vente d une pniche LES PNICHES DE THAU L Officiel du Canal du Midi Au dpart de Ste nous vous proposons de louer une pniche pour naviguer sur le Canal du Midi Aucun permis n est ncessaire en passant par un loueur professionnel notre uipe vous initie sur place vous serez le capitaine bord et serez libre d aller aux grs de vos envies o bon vous semble Vous choisirez vos haltes et dcouvrirez un patrimoine riche et uniue class. Il para t que Marlne Dietrich qui partageait alors la vie de Jean Gabin aux tats Unis qualifiera Moontide de film ridicule dont elle a oubli le titre ce jugement n tait sans doute pas inspir par une idale bonne foi, surtout s il est exact que c est pour un motif trs personnel et donc de mauvais aloi qu elle serait parvenue dcourager Fritz Lang de poursuivre le tournage du film qu il quittera quatre jours aprs le premier tour de manivelle et non pour incompatibilit d humeur avec Jean Gabin, autre explication donne , le relais tant pris par Archie Mayo.Il est certes permis de le regretter car Fritz Lang disposait avec cette histoire d une matire narrative, d une confrontation de caractres, d un lieu riche de symboles, d un climat psychologique et d un ressort dramatique la jalousie, la veulerie et la pulsion de vengeance dont il aurait sans doute extrait un film plus dense, plus acr et cernant de plus prs l ambivalence du personnage principal divis entre la tentation de poursuivre sa route de gitan ainsi qu il se nomme et celle de l ancrage incarn par l amour d une femme.Mais il reste que Archie Mayo, rput pour son solide mtier dfaut de la touche de gnie d un Fritz Lang, ralise un bel ouvrage.Au titre original potique et pictural pouvant tre traduit par Mare de lune est substitu en fran ais celui trs quelconque et racoleur La pniche de l amour, dvoiement hlas connu, mais ce film de 1942 qui donne Jean Gabin son premier r le amricain n a rien de quelconque, je pense qu il n est pas rserv aux admirateurs inconditionnels nombreux, dont je fais partie, de notre acteur national tant aim, m me si la premire motivation de la dcouverte est de le rencontrer dans un film hollywoodien o il est tel qu en lui m me, sans la moindre concession sa personnalit non soluble dans les concessions, mais en anglais dans le texte, non doubl.Bluffante est sa manire de s approprier son texte anglais avec une parfaite fluidit tout en dlivrant, intacte mais avec un autre charme, transfert linguistique oblige, la gouaille typiquement fran aise dont Jean Gabin est l emblme dans l histoire de notre cinma.Au vrai, il est magnifique dans ce personnage de Bobo, un fran ais exil en Californie, vagabond sans attaches, flanqu de son sac de marin en bandoulire et d un chien recueilli qui ne le quitte pas d une semelle, toujours pr t au dpart, pourvoyant sa subsistance en vendant des app ts pour un dollar par jour alors qu il sait faire bien d autres choses, ayant pour seul toit une barge crasseuse, pilier de comptoir dans un rade o il est le premier lever le coude jusqu plus soif, donner de la voix et du coup de poing, personnage haut en couleur mais habit par les ombres de son pass, peu peu rvles.Avant la rencontre dcisive avec une belle jeune femme qu il sauve contre son gr de la noyade, Bobo est l picentre d un trio masculin avec, d un c t, Tiny Thomas Mitchell , le faux ami qui lui fait payer une dette issue de ce pass en vivant ses crochets et, de l autre, Nutsy Claude Rains , le vrai ami, un intellectuel qui a chou dans ce petit monde interlope on ne sait pas au juste pourquoi et s est attach Bobo.Lorsque Anna Ida Lupino s interpose dans ce triangle et que surgit l amour, la romance vire au noir, le faux ami Tiny devient ennemi, minable mais inquitant et dangereux, le parasite se mue en ma tre chanteur en faisant croire Bobo qu il est l auteur d un meurtre commis alors qu il tait fin saoul et ne se souvient de rien.Le titre fran ais du film, quelconque et racoleur, dit en tout cas sans mystre que le dnouement n est pas noir, bien qu il soit permis de se demander si Bobo ne restera pas un gitan dans l me, quand bien m me la barge crasseuse est devenue une pniche mtamorphose en bonbonnire pimpante par la gr ce de l amour.Les acteurs entourant Jean Gabin sont excellents, mon admiration particulire pour Claude Rains a t comble par leur belle rencontre de cinma, la seule visible pour le spectateur d aujourd hui mais laissant penser qu elle fut pareillement personnelle, d homme homme.La photographie est superbe, avec un trs beau travail sur le contraste des lumires, entre la nuit et le jour, entre la brume ocane, lunaire, mystrieuse, et les loupiotes de la pniche nimbant les personnages d un clairage intime et protecteur s il est vrai que ce film a t entirement tourn en studio ainsi que je l ai lu quelque part, c est du grand art.Quant Jean Gabin Archie Mayo, dfaut d tre Fritz Lang, a eu l intuition et le talent de le laisser jouer avec ses dons indomptables et de lui donner une scne, la plus puissante du film, saisissante est le mot, qui nous ramne ses plus grandes incarnations dramatiques d avant guerre, scne qui aurait pu tre signe Jean Renoir ou Marcel Carn, par exemple.Indpendamment de la curiosit qu un tel film suscite pour nous, spectateurs fran ais viscralement attachs notre Jean Gabin, j ai envie de dire qu il nous donne une raison supplmentaire de l admirer et de l aimer, s il en tait besoin, et de remercier le cinma amricain de lui avoir offert une belle occasion d exporter son charisme sans pareil, et ici dans tous ses tats.Ce dont la critique new yorkaise de 1942 s est au reste fait l cho en crivant notamment Les exploitants ont trouv une mine d or avec ce Gabin La tignasse blonde dress e, le sac toujours pr t basculer par dessus l paule, le chien fid le ses pieds, le verbe haut et la bagarre facile, Jean Gabin est Bobo, surnom dont la rime avec hobo le vagabond am ricain a peu de chances d tre fortuite Bobo est le premier des deux r les que le jeune premier fran ais interpr ta dans les ann es 1940 Hollywood, o il s tait r fugi pour ne pas devoir tourner sous la direction de l occupant allemand M me en fort bon anglais, sa gouaille reste reconnaissable, et on se r jouit qu elle soit au service d un troublant personnage, plus tourment que son allure le laisse para tre.Bobo est de ces esprits libres qui s attachent vivre sans attaches, cueillir les plaisirs comme ils viennent avant de changer de port, vivotant de petits boulots sur sa p niche alors que de meilleures occasions se pr sentent lui Pourtant, ce nomadisme il se qualifie lui m me de gitan cache autre chose que l insouciance affich e un certain malaise vis vis de ses propres pulsions humaines, sur lesquelles il ne saurait pr tendre avoir le contr le Une nuit confuse mais s v rement arros e fait office de r v lateur, au lendemain de laquelle il se demande s il n a pas tu quelqu un Plus tard, ayant sauv du suicide la jeune et jolie Anna craquante Ida Lupino qui deviendra l une de rares r alisatrices d Hollywood , il se d robe son propre d sir naissant, affecte de pr f rer la frivolit Sur ses pulsions violentes, sur son attirance pour Anna, sur les manigances de son r pugnant ami Tiny Thomas Mitchell qui vit ses crochets et qui ne supporte pas de voir une inconnue s interposer entre eux, il lui faudra quelque temps pour ouvrir les yeux.Sous le pr texte de louvoyer entre com die romantique et film noir avec cette ambivalence des plans de la p niche plong e dans la brume nocturne et clair e de l int rieur, nid douillet autant que pi ge , c est le louvoiement de son antih ros que Moontide suit fid lement et avec empathie, avant qu il ne regarde en face, dans des circonstances dramatiques, la vraie nature de ses sentiments suivre son regard perdu au climax final sur les rochers Avant cela, Bobo aura oscill entre deux choix de vie qui, chacun son degr , ne sont que des refuges contre l acceptation de soi d une part son habituelle chappatoire dans sa posture d homme libre, et d autre part son revirement dans la soumission une certaine norme Car tout homme libre qu il est, il reste cern par la normalit , qui l appelle d ailleurs, travers notamment cette musique qui mane longuement d une p niche voisine Et par amour, il finit par succomber ces sir nes, en voulant faire les choses comme il faut il le r p tera plusieurs fois , en enfilant un costume pour son mariage, en se montrant sociable envers ses invit s qui viennent investir sa p niche pour l occasion Cette nouvelle posture sied elle mieux ses aspirations Le doute subsiste, le happy end ne tranchera pas vraiment.Le film est men avec m tier par le v t ran Archie Mayo videmment, quand on sait qu avant lui, le poste tait occup par un certain Fritz Lang remerci au bout de quatre jours pour incompatibilit d humeur avec Gabin , on se prend r ver d une direction autrement plus incisive et interrogatrice que l Autrichien aurait pu imprimer l ouvrage Mais en l tat, cette P niche de l amour reste une modeste mais int ressante tude de caract re d un homme qui se cherche. Tr s beau film comme tous les GABIN Dans ce film, Gabin au pass sombre, a trouv travail et refuge aupr s d un commer ant Asiatique, qui vends des app ts pour la p che Il sauve par la suite, une fille perdue et en tombe amoureux, de plus, elle est une f e du logis, et elle lui redonne go t la Vie Cependant, Gabin est soumis au chantage d une ancienne conna ssance, par rapport son pass , et qui vient souvent le harceler, jusqu au jour o il va vouloir aussi s approprier la jeune fille Je ne d voilerais rien de plus, Je ne savais pas que GABIN tournait dans un am ricain impeccable , mais il est vrai que le temps que l on lise les sous titres en fran ais, on occulte les images c est un sentiment personnel, mais c est un tr s beau film avoir, si l on aime GABIN Jean Gabin n a tourn que deux films Hollywood La p niche de l amour fut le premier et l Imposteur le second De tr s belles images en noir et blanc, une ravissante actrice et un Gabin beau comme un dieu Incontournabl et rare. Tr s beau film qui va r galer les fans de gabin Gabin en anglais c est rare J ai bien aim le petit mot crit la main avec le produit, je recommande ce vendeur CG BZH Bon film tr s satisfaite Good morning,DVD Moontide arrives in time at my address DVD is in very good condition This movie on DVD is very rare, and is very very important for my movie collection with Jean Gabin.Thank you very much.With regardsJiri Skoda Man muss dankbar sein, dass berhaupt jemand das Wagnis eingeht, eine Box mit Filmen von Jacques Becker 1906 1960 zu ver ffentlichen Anders als im Fall von Fellini, Bergman oder Bu uel d rfte der Name Becker auch unter Liebhabern klassischer Filmkunst nur einem eingeschr nkten Kreis gel ufig sein Selbst wenn man den Nachkriegsklassiker Goldhelm 1952 kennt und liebt, hei t das noch lange nicht, dass einem auch der Name seines Sch pfers bekannt ist.An der Ver ffentlichung der Becker Box durch Arthaus Studiocanal ist aber auch ein schwerer Makel festzuhalten Goldhelm war bei Arthaus bereits l nger im Programm und f r eine lange Zeit war es auch der einzige auf Deutsch verf gbare Becker Film Dann schob Arthaus im vergangenen Jahr zwei weitere Becker Klassiker in sch n restaurierter Form nach Wenn es Nacht wird in Paris 1954 und Beckers letzten und vielleicht besten Film Das Loch 1960 Die nun vorliegende Box enth lt die drei schon in Einzelausgaben ver ffentlichten Filme plus die Kom die Edouard und Caroline 1951 Und weil Arthaus von Edouard und Caroline keine Einzel DVD Blu ray herausbringt, ist jeder Interessent gezwungen, sich die gesamte Box mit den Filmen, die er unter Umst nden vor nicht allzu langer Zeit als Einzelausgaben erworben hat, zu kaufen Das ist nat rlich eine haarstr ubende Gesch ftspolitik, f r die ich einen Stern in der Bewertung abziehe.Da ich die drei vorher schon vorliegenden Filme teilweise bereits an anderer Stelle besprochen habe, beschr nke ich mich hier auf Edouard und Caroline , der ohnehin der am wenigsten bekannte der vier Becker Filme sein d rfte Edouard und Caroline ist ein Film, der Beckers gar nicht so leicht zu entdeckende Qualit ten sch n zur Geltung bringt Er ist ein sch nes Beispiel f r das, was die Filmwissenschaftlerin Ginette Vincendeau in einem der Bonus Features als Beckers diskrete Virtuosit t bezeichnet.Was ist Edouard und Caroline f r ein Film Es ist ein Film mit sehr wenig Handlung Au erdem spielt er nur an zwei Schaupl tzen, genauer gesagt in zwei Wohnungen Edouard und Caroline sind verheiratet Sie bewohnen eine sehr einfache Wohnung Er ist ein ambitionierter, aber armer Pianist, sie entstammt einer aristokratischen Familie Also Geschlechtergegensatz plus Klassengegensatz Und es fliegen auch gleich die Fetzen Denn man bereitet sich gerade darauf vor, zu einer Abendgesellschaft bei Carolines reichem Onkel aufzubrechen, wo Edouard vorspielen muss, was ihm wiederum Karrierechancen er ffnen soll.Der erste Teil des Films spielt weitestgehend in der Wohnung von Edouard und Caroline Dort fetzt man sich zum Teil in Screwball Comedy Manier Den zweiten Teil nimmt die Abendgesellschaft beim Onkel ein Hier weitet sich die Geschlechterkom die zur Gesellschaftskom die Dabei treffen nicht nur unterschiedliche Klassen aufeinander, sondern auch unterschiedliche Kulturen Unter den Bediensteten ist ein Russe, und einer der G ste ist ein typischer Amerikaner in Europa, der die blasierten Gepflogenheiten der franz sischen Upper Class nicht kennt, aber auch gar nicht kennen will Das Ganze wird von Becker satirisch zugespitzt, wobei die aristokratische Klasse, der Becker selbst entstammt, nicht so gut wegkommt.Becker ist ein Filmemacher, dem es auf die Feinheiten und Nuancen ankommt Auf das gro e Drama und die effektvollen Wendungen verzichtet er Edouard und Caroline bevorzugt einen eher leisen Humor und strahlt Leichtigkeit aus eine der am schwersten fassbaren und beherrschbaren Tugenden in der Kunst.Das Bonusmaterial zum Film ist beraus n tzlich Das etwa 25 min tige Interview mit Ginette Vincendeau informiert einen perfekt ber Beckers Biografie, seine Karriere, seine sthetik und nat rlich auch ber Edouard und Caroline In der etwa 40 min tigen Aufzeichnung einer TV Sendung von 1974 geben die beiden Hauptdarsteller Anne Vernon und Daniel G lin sowie die Drehbuchautorin Annette Wedemant Auskunft ber den Film, ber die Dreharbeiten sowie ber die Person Jacques Becker Das alles zusammen hilft ungemein, den Film in seinem Kontext zu verstehen Die kurzen Interviewausschnitte mit Becker selbst von 1956 geben demgegen ber nicht viel her, aber man hat ihn zumindest mal live gesehen.Fazit Diese sehr sch n zusammengestellte und mit Bonusmaterial ausgestattete Box l dt ein, einen ziemlich vergessenen gro en Filmemacher wiederzuentdecken Ein Wermutstropfen ist die sch bige Gesch ftspolitik von Arthaus. Gute Auswahl von Beckers Vater Filmen, zeigt die Breite der Arbeiten und auch den Realismus des Reg.